SALON NAUTIC 2022
*

CONCOURS INNOVATION : 16 FINALISTES EN LICE POUR LA GRANDE FINALE, RESULTATS LE SAMEDI 10 DECEMBRE A 15H30.

*
Salon Nautic

La recherche d’innovation, de nouvelles pratiques, de performances responsables, de solutions alternatives, motivent la filière nautique française. Fidèle à cette tradition qui valorise le savoir-faire et l’excellence française, la Fédération des Industries Nautiques (FIN) organise depuis 2017, au sein du Salon nautique de Paris, un concours national où l’innovation est récompensée, mettant sous l’œil des projecteurs des idées à accompagner et des business à encourager. Ce concours est donc une opportunité exceptionnelle, au sein du plus grand rendezvous nautique français, pour les entreprises comme les start-ups, de mettre en valeur les nouveaux produits et services destinés à être mis sur le marché, local comme international. Unique en son genre, il a été pour beaucoup de lauréats, l’occasion d’écrire les premières lignes de belles histoires entrepreneuriales, à l’image de G&G Boatwash, de Bluenav, de Falco ou de Temo

*
16 projets finalistes exposés du 3 au 10 décembre 2022, au cœur du Nautic de Paris


Pour cette 6ème édition, 16 projets finalistes ont été présélectionnés, sur 64 candidatures reçues. Ces 16 projets finalistes seront exposés du 3 au 10 décembre au sein de l’espace innovation du Salon nautique de Paris, Hall 1, Stand B7.


Une belle représentativité de la région Bretagne, suivie de la Nouvelle-Aquitaine et de la région Auvergne Rhône-Alpes - Atelier Poupe (Bouches du Rhône), a développé un réseau de collecte de vieilles défenses usagées de bateaux, et les transforme en luminaire étanche, unique, design et sur mesure. - Inanix (Ille-et-Vilaine), a mis au point le drone Dronvor, 1er drone à destination du nautisme. Seul drone étanche et flottant, conçu spécifiquement pour la course au large, il assure une sécurité maximale au skipper et à l’équipement du bateau. - Inocel (Isère), a mis au point une technologie issue d’une collaboration avec le CEA, en développant un premier module de pile à combustible et son système (réservoir, batteries et moteur) développé pour des bateaux et le transport terrestre. - Genevos (Charente-Maritime), a imaginé les Hydrogen Power Modules, conçus spécifiquement pour les navires avec des caractéristiques clés de modularité, de redondance, de certification marine, de faible poids, de faible volume, sans produire d'émissions.

*
Les Glénans (dont le siège social est à Paris), 1ère école de voile d’Europe, a imaginé un nouveau support, à la fois plus écologique, ludique et inclusif. Il permettra à des lycéens de construire leur propre bateau et ainsi de découvrir les différents métiers liés. - K-Ren (Hérault), une société de qui propose une innovation de rupture avec sa housse de protection antifouling sur-mesure pour les bateaux, évitant ainsi un carénage annuel couteux, polluant et chronophage, tout en réduisant l’usure du bateau. - Lalou Multi (Gironde) : l’équipe a construit et mis à l’eau le premier voilier de course au large Class 40 en composite 100% recyclable. La preuve que les bateaux peuvent être produits avec un cycle de vie complet tout en garantissant des performances énergétiques intéressantes. - La SAS Madintec (Finistère), a mis au point le MAD Foiling Concept, un système de contrôle de vol automatisé et sécurisé. - Marine Filter (Finistère), propose un système de modules mobiles de filtrage et de traitement des eaux, offrant ainsi une douche mobile, autonome en eau et en énergie, pour se rincer à l’eau douce après la baignade. Le système en circuit fermé recycle l’eau à volonté. - Mercury Marine (Charente-Maritime), a imaginé un moteur électrique transportable, privilégiant la portabilité. Il se destine aux petits bateaux, avec zéro émission directe et un entretien minimal. - Le chantier naval Meta (Rhône), à travers son projet Turbo Keels, a mis au point une solution pour ballaster du plomb d’un bord sur l’autre, pour déplacer le centre de gravité sans passer par la complexité d’une quille pendulaire, permettant une décarbonation du transport. - Ox Eye (Morbihan), est une startup spécialisée dans l'architecture navale, qui développe une innovation pour changer la méthode de fabrication des bateaux afin de mieux intégrer les fibres de lin, améliorer la recyclabilité et réduire leur empreinte carbone au maximum. - L’entreprise Périmètre (Charente-Maritime), a élaboré un déjaunisseur de coque écoresponsable. Ils ont mis au point une technologie de déjaunissement des « gelcoats » avec des acides modifiés qui n’attaquent pas le matériau et ne le rendent pas poreux. Le produit est en outre biodégradable. - Pixel sur mer (Morbihan), un cabinet d’ingénierie ultra-innovant spécialisé dans le développement et l’installation de produits de haute technologie pour la course, la voile et plus récemment l’aviation. Leur produit en compétition est l’Exocet Gold, une nouvelle génération de contrôle des bateaux. A l’origine créé pour les plus grands bateaux de course, il est aujourd’hui adapté et destiné à tous les bateaux de dernière génération. - Rescue Zone (Bouches-du-Rhône) : l’entreprise a imaginé l’application éponyme, à la fois innovante techniquement (Moteurs GIS) et en termes d’usages, puisqu’elle permet à l’ensemble des plaisanciers de s’entraider, de se dépanner, se secourir, via une application smartphone géolocalisée. - Et enfin Yuniboat (Loire-Atlantique). Ils sont spécialisés dans l’allongement de la vie des bateaux, dans une logique éco-circulaire : acquérir des bateaux d’occasion, les reconditionner et les remettre en location.

**
Mercury Marine (Charente-Maritime), a imaginé un moteur électrique transportable, privilégiant la portabilité. Il se destine aux petits bateaux, avec zéro émission directe et un entretien minimal. - Le chantier naval Meta (Rhône), à travers son projet Turbo Keels, a mis au point une solution pour ballaster du plomb d’un bord sur l’autre, pour déplacer le centre de gravité sans passer par la complexité d’une quille pendulaire, permettant une décarbonation du transport. - Ox Eye (Morbihan), est une startup spécialisée dans l'architecture navale, qui développe une innovation pour changer la méthode de fabrication des bateaux afin de mieux intégrer les fibres de lin, améliorer la recyclabilité et réduire leur empreinte carbone au maximum. - L’entreprise Périmètre (Charente-Maritime), a élaboré un déjaunisseur de coque écoresponsable. Ils ont mis au point une technologie de déjaunissement des « gelcoats » avec des acides modifiés qui n’attaquent pas le matériau et ne le rendent pas poreux. Le produit est en outre biodégradable. - Pixel sur mer (Morbihan), un cabinet d’ingénierie ultra-innovant spécialisé dans le développement et l’installation de produits de haute technologie pour la course, la voile et plus récemment l’aviation. Leur produit en compétition est l’Exocet Gold, une nouvelle génération de contrôle des bateaux. A l’origine créé pour les plus grands bateaux de course, il est aujourd’hui adapté et destiné à tous les bateaux de dernière génération. - Rescue Zone (Bouches-du-Rhône) : l’entreprise a imaginé l’application éponyme, à la fois innovante techniquement (Moteurs GIS) et en termes d’usages, puisqu’elle permet à l’ensemble des plaisanciers de s’entraider, de se dépanner, se secourir, via une application smartphone géolocalisée. - Et enfin Yuniboat (Loire-Atlantique). Ils sont spécialisés dans l’allongement de la vie des bateaux, dans une logique éco-circulaire : acquérir des bateaux d’occasion, les reconditionner et les remettre en location.




(C) VEHIDEX.COM 2022